Vers une campagne pour l'Organisation nationale des travailleurs en Iran


Ces dernières années, la création d'une organisation nationale des travailleurs en Iran a été demandée à maintes reprises par une tendance parmi les militants ouvriers iraniens; Shahrokh Zamani, un militant assassiné dans les prisons du régime en septembre 2015, l'expliquait déjà dans les notes qu'il envoyait de prison; en 2015 "les réunions de Saghez" qui avaient exprimé ce besoin dans ses déclarations ont été brutalement réprimées par la police. Mais cette tendance n'a pas cessé d'exister depuis lors.
Cette année, à l'occasion du 1er mai, un groupe de militants ouvriers iraniens a lancé cet appel pour insister davantage sur cette nécessité et pour demander à toutes les forces ouvrières une convergence vers la construction d'une organisation nationale des travailleurs.

Vers une campagne pour l'Organisation nationale des travailleurs en Iran

Créer une organisation nationale des travailleurs est une nécessité. Les travailleurs iraniens comprennent de plus en plus cette nécessité sur leur lieu de travail et ont profondément ressenti son absence, surtout pendant la crise actuelle et les attaques redoublées des capitalistes et des forces réactionnaires. Cette nécessité a été soulevée de nombreuses fois auparavant au sein du mouvement ouvrier en Iran et des tentatives ont été faites il y a quelques années pour la réaliser. Malheureusement, nous sommes encore loin d'avoir accompli cette tâche, il n'est donc que juste de soulever à nouveau cette nécessité le 1er mai, la journée internationale de la solidarité ouvrière, et de renforcer résolument nos efforts pour la réaliser.
Toutes les alternatives internes ou externes et toutes les promesses faites pour un changement de régime ou des réformes ont un dénominateur commun : la détérioration inévitable de la situation de tous les travailleurs et l’intensification des attaques contre leurs droits.L'expérience des dernières décennies a montré que, compte tenu de l'équilibre actuel des forces, les organisations de travailleurs indépendants au niveau local, ou les syndicats ou associations isolés sont facilement réprimés et ne peuvent maintenir sérieusement une activité soutenue.
Si la classe ouvrière ne s'organise pas au niveau national et ne se bat pas pour ses revendications communes, non seulement elle ne pourra pas satisfaire ses besoins les plus élémentaires, mais elle perdra ce qu'elle a déjà gagné. Le pouvoir de cette classe repose dans sa solidarité de classe. Sans l'unité des couches les plus larges de la classe ouvrière iranienne autour de leurs revendications les plus immédiates et communes, ce pouvoir ne peut être mobilisé et les attaques du régime capitaliste ne peuvent être repoussées. Les actions et les organisations locales et isolées n'ont, jusqu’ici, pas été couronnées de succès.
Compte tenu de la crise actuelle, la lutte autour des revendications les plus élémentaires et les plus communes des travailleurs rassemblera non seulement de larges sections de la classe, mais attirera derrière elle le soutien et la solidarité d’autres larges couches de travailleur.euse.s opprimé.e.s. A titre d'exemple, les revendications de liberté d'expression et d'organisation, un salaire minimum supérieur au seuil de pauvreté, des allocations chômage universelle, la gratuité des soins et de l'éducation, et l'élimination de toutes les inégalités fondées sur le genre, les croyances ou les nationalités, sont seulement quelques-unes dont presque personne ne peut nier leur caractère national. Des luttes unies et cohérentes autour de telles demandes peuvent changer l'équilibre des forces en faveur de la classe ouvrière et de ses allié.e.s.
Partout où nous sommes, nous pouvons commencer dès aujourd'hui à construire les unités locales de ce mouvement national. Ce mouvement ne sera pas en opposition avec les luttes sectorielles actuelles des syndicats individuels ou des associations pour leurs revendications spécifiques. Au contraire, un tel mouvement ne peut que faciliter ces luttes en changeant l'équilibre des forces contre le régime capitaliste.
Nous, un groupe de militants ouvriers, soulignons une fois de plus la nécessité d'une organisation nationale des travailleurs et demandons à tous ceux qui appartiennent à cette classe de redoubler d'efforts pour faire connaître et promouvoir cette demande dans leur propre domaine d'activité et de prendre des mesures actives pour la construire.
1er mai 2018

هیچ نظری موجود نیست:

پست کردن نظر